3 juillet :   

Levée vers 05h00, on ramasse tout et c’est en arrivant près du quai, que nous voyons Annie et Alain campés juste à côté!

On les rencontre quelques minutes plus tard et c’est là qu’ils nous apprennent que la moto d'Annie est tombée en panne sur la route hier soir, fusible principal brûlé.  Alain tente de trouver le bobo (à la noirceur), ce n’est qu’après avoir brûlé d’autres fusibles que la moto redémarre finalement et qu’ils peuvent reprendre la route vers Natashquan pour arriver au quai vers une heure du matin.

La moto semble maintenant fonctionner correctement.

 

On met les motos dans les conteneurs qui sont ensuite chargés à bord de notre bateau, le Nordik Express sur lequel nous passerons 35 hres (sans couchette ou lit) avant de débarquer à Blanc-Sablon.

À 08h00, le bateau quitte le port et s’arrêtera à plusieurs villages sur la côte, le temps de débarquer des vivres ou autres produits de subsistance. Nous en profitons pour débarquer et visiter un peu.

Les arrêts sont d’environ une heure trente à deux heures.  Nous sommes arrêtés à : Kegasha, La Romaine, Harrington Harbour, Tête-à-la-Baleine, Saint-Augustin, et finalement Blanc-Sablon.

Le plus connu de ces villages est Harrington Harbour où l’on a tourné le film la Grande Séduction.

 

Nous sommes malheureusement arrivés à minuit le soir en plein brouillard. Je peux vous dire que nous n’avons pas vu grand-chose de ce magnifique village installé à flanc de rocher. (voir photos).

  

Un peu plus loin, le bateau circulait dans l’archipel de St-Augustin où il se frayait un chemin entre les caps de roche qui, à certains endroits, étaient très étroits.  Vraiment beau!!!

 

 

4 juillet :    Le bateau accoste enfin à Blanc-Sablon vers 19h00.  Je n’ai à peu près pas dormi de la nuit, Gilles, lui, était sur les Gravols (pilule contre le mal de mer) et semblait avoir dormi passablement bien, couché sur son banc!

Notre conteneur est débarqué le premier,

 

 

 nous récupérons nos motos et disons à Annie et Alain  de venir nous rejoindre pour camper près du village.

Nous les laissons et nous nous mettons à la recherche d’un endroit pour coucher.  Quelques minutes plus tard, nos tentes étaient installées sur le bord de la mer, SUPER!

 

 

 

Ne voyant pas arriver nos deux autres voyageurs, nous sommes donc allés à leur rencontre.

C’est quelques km plus loin que nous les retrouvons campés sur une petite halte.

 

 

Mauvaise nouvelle, sur le quai, au débarqué du conteneur, la moto d'Annie a encore refait des siennes.  Après avoir brûlé un ou deux autres fusibles, elle redémarre et s’arrête définitivement à la halte pour ne plus pouvoir repartir.

WOW! Un trouble électrique, pas évident à trouver.  Je dis à Alain que je m’y connais un peu en électricité et que je veux bien essayer de trouver le trouble, mais demain matin seulement, il fait très froid (8 degrés seulement) et que nous sommes dus pour une bonne nuit de sommeil.

Gilles et moi repartons nous coucher en leur disant que nous serions là demain vers 09h00 pour essayer de trouver le bobo.

 

                                                                                                                                                                                                                                                    Page 3